Tout savoir sur la toiture végétale

toiture végétale

Une toiture végétale désigne un ensemble de matériaux et de végétaux qui sont installés sur un toit. Elle est composée de différentes couches : le support porteur (dalle béton, bac acier ou encore panneaux de bois), l’isolant thermique, le système d’étanchéité et pour finir la végétation elle-même.

Les avantages d’une toiture végétale

Une toiture végétale présente de nombreux intérêts, notamment en ville où la végétation se fait rare. Elle redonne en premier lieu une valeur esthétique à la ville, tout en revalorisant l’habitat. Elle a aussi un impact social, rendant la ville plus calme et agréable, moins stressante. Son impact sur la qualité de l’air et donc sur la santé est également indéniable : elle apporte de l’oxygène dans les villes tout en filtrant de nombreux polluants atmosphériques comme le dioxyde de soufre ou l’oxyde d’azote. La toiture végétale permet d’optimiser une surface perdue par l’occupation du sol par une construction. Elle est aussi l’occasion de réintroduire des plantes protégées ou menacées de disparition. En diminuant la température, elle permet d’économiser en coût de climatisation. En outre, sachant qu’une toiture végétalisée est capable de s’imbiber de près de la moitié des eaux de pluies qui tombent sur les toits, cela permet de réduire les situations de surcharge des réseaux d’assainissement. Elle apporte aussi un grand confort aux habitants de l’immeuble ainsi végétalisé : le bâtiment est mieux protégé de la chaleur, des rayons du soleil et des intempéries, mais aussi des chocs thermiques et du bruit, en absorbant les ondes sonores

Les composants d’une toiture végétale

Le support porteur est extrêmement important ; il doit pouvoir résister au poids de l’installation prévue. Il faut également s’assurer que la charpente est capable d’assumer sa charge, qui peut aller de 80 à 250 kg/m². La toiture végétale peut ensuite être installée sur n’importe quel type d’isolant admis sous étanchéité, comme le polyuréthane, le verre cellulaire, la laine minérale ou le polystyrène, à condition que sa résistance à la compression soit compatible avec les surcharges prévues. Il faut ensuite penser au substrat de culture, qui doivent être légers et savoir retenir l’eau tout en résistant à la compaction, aux matériaux de drainage, pour permettre de diriger l’eau de pluie vers les orifices d’évacuation pluviale ou vers les gouttières extérieures et, enfin, à la couche végétale. Il peut s’agir uniquement d’herbe, ou de plantes, avec un choix entre une plantation de type extensive, semi-intensive ou intensive.

Vous le voyez, installer une toiture végétale requiert beaucoup de savoirs techniques et de compétences. Confiez donc cette mission à un professionnel, dont vous pourrez trouver les coordonnées dans l’annuaire du site.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser